L’équipe

Nous sommes 7 étudiants en école d’ingénieur, à l’Ecole Nationale Supérieure de l’Eau, l’Energie et l’Environnement : Olivier, Valentin et Robin qui ont lancé le projet l’année dernière, et Charlotte, Martin, Camille et Nathan qui le reprennent cette année. Nous profitons tous d’une année de césure pour nous investir au maximum dans ce projet qui nous tient à cœur.

L’ÉQUIPE 2021

L’ÉQUIPE 2022

 Olivier Robelin – président

 

Nous vous présentons le Stéphanois de l’équipe! Avec Olivier, tout roule aussi bien que son vélo. C’est le plus grand sportif de la bande, mais aussi le plus ambitieux. Étant à l’origine de ce projet, il n’a jamais eu peur de viser haut, et pour notre cas, aussi haut que le toit du monde. 

Olivier est connu par les étudiants de l’école comme l’ami fidèle qui saura apporter la bonne, mais surtout la GROSSE ambiance à vos soirées. Il n’en sera cependant pas moins présent le lendemain matin, fidèle à son poste de cycliste/coureur hors pair! Les défis aussi fous que drôles le portent, mais ce n’est jamais sans proposer à ses amis qu’il part à l’aventure. Traversée de la Chartreuse en courant, coucher → lever du soleil en courant, Half-Ironman de Doussard en relais, rien ne le démotive pour partager des expériences inouïes avec sa team et faire des reportages dignes des meilleurs journalistes BFM tout du long. 

Le moteur du projet a tous les atouts relationnels et les connaissances en génie civil pour faire aboutir le projet vers la réussite. 

 Présentation

Originaire de Saint-Étienne, j’ai vite développé une passion pour les sports d’endurance dans le massif central. Mes études supérieures m’ont amenées à Grenoble pour y découvrir la haute montagne, me permettant d’envisager encore plus de projets.

Outre le sport, ma vie se partage entre projets divers (création d’un food truck familial, aide à la construction d’un bâtiment, et maintenant projet de gestion des déchets au Népal) et étude d’ingénieur à l’Ense3.

Soucieux du monde de demain, il est indispensable pour moi que l’ensemble des projets dans lesquels je prend part, s’engagent dans un monde plus durable.

Cursus

Mon cursus est plutôt atypique étant donné que je suis le seul étudiant de mon école à avoir obtenu un bac ES. En effet, après avoir obtenu ce bac, j’étais curieux de découvrir un nouveau domaine d’étude pour me spécialiser dans la construction bois. Je choisis alors de postuler dans un DUT génie civile et construction durable. Cette formation n’est normalement pas accessible avec mon bac. Toutefois, en exposant mon projet et mes motivations aux recruteurs, ils ont choisi de me donner ma chance.

Ensuite, cette nouvelle formation passionnante, me donnant de solides bases en études structurelles des matériaux m’a donné accès à l’ENSE3 : école nationale supérieure de l’eau, l’énergie et l’environnement. Ma curiosité et mon envie de découvrir de nouveaux domaines d’études m’ont décidé à intégrer cette école. Actuellement, je suis spécialisé dans la filière Hydraulique Ouvrages et Environnement.

Projet

Sensible aux questions de la pratique des sports de montagne, je m’intéresse à la pollution qu’ils peuvent générer et en particulier les déchets.

En parallèle, je comptais faire une année d’interruption de mes études pour m’engager sur ce problème. Le film Everest Green de Jean-Michel Jorda m’a particulièrement alerté sur le sujet. J’ai donc choisi de le contacter, et son expertise, ainsi que celle d’autres acteurs importants des sports de montagne (Moutain Wilderness, sociétés de trecking..) m’ont amené à concrétiser le projet. Valentin et Robin étant  deux passionnés de montagne et soucieux de sa protection, avec qui je partagerais des sorties, ont tout de suite été emballés par l’idée. Et ainsi nous avons décidé de lancer le projet  tri-haut pour l’Everest.

Valentin Girard – trésorier et secrétaire

   

Valentin est le franc-comtois de la team ! Sa gestion du temps est impressionnante, lui permettant de mener une triple vie partagée entre une préparation sportive pour un iron-man, son engagement personnel et associatif pour s’engager dans le monde de demain et son assiduité scolaire exemplaire.

Connu pour sa joie de vivre et son regard vers les autres, Valentin sera toujours disponible pour donner de son temps à la collectivité. En effet, sa curiosité lui a fait acquérir une connaissance poussée des phénomènes physiques, ce qui lui permet de les enseigner à des lycéens lors de cours particuliers où encore à ses potes de promo complètement largués. Il est même capable d’improviser un cours d’acoustique à son voisin pour lui expliquer l’origine des nuisances sonores provoquées par les soirées.

Notre physicien s’avère indispensable dans cette aventure, avec une connaissance du terrain dû à un treck au Népal il y a deux ans. Ses expériences personnelles comme la construction d’une éolienne nous permettront une expertise non négligeable.

Vous l’aurez compris, Valentin nous envahira de sa bonne humeur pendant ce projet, tout en assurant une organisation irréprochable.    

Présentation   

Moi c’est Valentin, je viens de Besançon en Franche-Comté. J’ai l’immense chance d’avoir eu des parents qui m’ont fait grandir au contact de la nature. Grâce à eux, j’ai pu me familiariser avec la montagne, notamment dans la Belledonne, et la vallée de Chamonix où nous allions tous les ans. J’y ai également travaillé en tant que cuisinier durant plusieurs étés. Et c’est dans cet environnement où j’ai grandi que j’ai pu constater de mes propres yeux les conséquences du dérèglement climatique. Cela fait de moi aujourd’hui un ingénieur-sportif-écolo-engagé qui est fasciné par la nature, autant par sa beauté que son fonctionnement et son harmonie. 

Les objectifs sont aujourd’hui plus attendus que jamais : l’Ironman de Vichy en août, puis la grande aventure en me lançant dans ce projet, et s’en suivra 6 mois de formation en permaculture.  

Cursus

Mon cursus commence à l’âge de la maternelle chez mon voisin qui est professeur de physique, et qui m’emmène faire des tonnes d’expériences physiques. Et toujours curieux de comprendre, j’ai été attiré directement vers les matières scientifiques. Dans les premiers de la classe jusqu’en terminale, je décroche mon bac S avec 18,81/20 de moyenne. 

S’enchaînent ensuite 2 années difficiles de prépa pour finir dans une école qui correspond parfaitement à mes valeurs : l’École Nationale Supérieure de l’Eau, de l’Énergie et de l’Environnement. Je suis aujourd’hui spécialisé en mécanique et énergétique. 

En terme de formation en montagne, j’ai été éduqué principalement par mes parents. Puis au collège-lycéen je me suis inscrit à l’école d’aventure du Club Alpin Français pour apprendre l’escalade, l’alpinisme, le ski de randonnée, la cascade de glace,… C’est maintenant avec mes amis que je pratique tous ces sports dans les environs de Grenoble.

Projet 

Les questions environnementales m’ont toujours beaucoup affecté. Après avoir milité avec Alternatiba, il paraissait important pour moi de prendre une année de césure et de faire le maximum que je pouvais pour défendre cette cause.

Je suis déjà allé au Népal en 2018, et j’avais alors constaté de mes propres yeux la sur-pollution plastique des sentiers de l’Himalaya. C’était horrible à voir. Quand Olivier m’a proposé ce projet, j’ai tout de suite compris qu’il fallait que je le suive, et que je m’investisse à fond dedans.

J’espère que mes aptitudes en montagne et mes connaissances en physique pourront me permettre d’amener ce projet vers la réussite.

 Robin Jager – vice président

 

Voici le Mike Horn de l’équipe. Robin, c’est le montagnard par excellence, natif du Vercors et passant tout son temps libre dans son chalet aux contamines, il est expert dans tous les domaines : ski de randonnée, alpinisme, parapente, escalade..

En effet, cet accompagnateur en montagne n’a pas attendu d’avoir son diplôme pour emmener ses camarades du projet sur le toit de l’Europe. Mais Robin, ne fait pas que partager sa passion sur le terrain, puisqu’il fait également des cours sur les avalanches et risques en montagnes auprès des étudiants de son école d’ingénieur.

Enfin, Robin est recordman du monde de minimalisme glycémique. Il est capable d’enchainer 15h d’efforts en montagne en s’alimentant de 3 miettes de pain ramassées sur la table de son petit déjeuner. Impressionnant n’est-ce pas ?

C’est donc avec assurance que le tri-haut pourra s’élancer dans les sentiers de l’Everest. L’expérience et le sang-froid de leur accompagnateur assureront à l’équipe une sécurité tout au long du périple.

 

Présentation

Je suis né et j’ai grandi au pied du Vercors. Massif sauvage par excellence, j’ai rapidement été attiré par les sports que l’on pouvait y pratiquer : d’abord ski et luge dans la petite station de 3 téléskis, l’objectif a vite été de sortir des pistes. Je pars en Savoie au lycée des métiers de la montagne en section DEM pour pouvoir pratiquer le plus possible pendant 4 ans (sisi 4 ans pour profiter de la neige en hiver). Cela m’a permis de me rapprocher de la montagne, de démarrer la formation d’accompagnateur en montagne (DEAMM) et de devenir autonome en alpinisme, escalade, ski de randonnée, parapente…

Cursus

       Je suis parti ensuite à Annecy (j’ai entendu qu’il y avait du para    

 

   

Charlotte Bac – présidente

Charlotte nous vient tout droit du sud-ouest de la France. Grande voyageuse par nature, c’est de ses parents, au travers de déménagements et voyages multiples, qu’elle tient sa curiosité immuable pour les cultures étrangères.

C’est cet intérêt pour la diversité des communautés humaines ainsi que sa volonté de préserver l’environnement et d’aider une population à apporter une réponse à un problème majeur auquel elle fait face, qui en font une source insatiable de motivation pour l’équipe ! Dessinatrice de talent, Charlotte apporte une touche artistique très bienvenue au projet.

En tant qu’adepte de sports automobiles, de mécanique et de conception en général, ses connaissances et sa capacité à assimiler ces notions scientifiques se montreront assurément primordiales pour la réussite de notre mission.

Malgré tout cela, elle n’en reste pas moins une grande sportive. Anciennement présidente de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS), elle touche à tout : course à pied, natation, raids, ski, rugby, voile, randonnée… et ce ne sont pas ses camarades de l’ENSE³, pour qui elle a gagné plusieurs médailles aux dernières olympiades inter-écoles, qui viendront dire le contraire !

Vous l’aurez compris, Charlotte est une personne pleine de vie, et de la volonté d’agir pour un monde meilleur. Par ailleurs très compétentes, dans des domaines variées, tous utiles à la réussite du projet.

C’est pour toutes ces raisons qu’elle est dorénavant présidente du Tri’Haut !

 Présentation

Moi c’est Charlotte, j’habite actuellement à Agen (et oui les pruneaux) mais j’ai toujours bougé dans ma vie, que ce soit pour cause de déménagements (Paris, Aiguillon, Nantes, Toulouse, Agen) ou pour les voyages. En effet, j’ai eu la chance d’avoir des parents qui m’ont fait découvrir de nombreuses régions françaises et étrangères ce qui m’a permis de m’ouvrir au monde et aux différentes cultures. 

Je me suis également rapidement intéressée au sport, que ce soit d’un côté collectif ou individuel. J’aime également monter des projets et les mener à bout. A ce titre, j’étais Présidente de l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) pendant mes 3 années de lycée; j’ai eu l’occasion de créer des voyages scolaires au ski et à la voile mais également de participer, en tant que coureuse et en tant qu’organisatrice, à de multiples raid multisport.

Enfin, depuis que je suis petite mes parents m’ont toujours amenée à la montagne plusieurs semaines par an, j’ai donc développé une passion pour le ski, les randonnées et la neige. En effet, même mon choix d’école s’est en partie fait pour la localisation de Grenoble : tout proche des Alpes.

Cursus

Suite à mon BAC S, j’ai passé deux ans à la Prépa des INP de Toulouse avant de rejoindre l’ENSE3, l’école de l’Eau, l’Energie et l’Environnement. J’ai toujours été attirée par la nature et l’environnement et sa protection est rapidement devenue un thème prioritaire, voire une valeur dans ma vie de tous les jours. 

Je suis également intéressée par la modélisation 3D, le design de pièces et l’automobile. C’est pourquoi j’ai rejoint la filière IDP (Ingénierie De Produits), filière commune avec l’école Génie Industriel. En effet les cours permettent de se perfectionner sur le génie des procédés, la modélisation sur ordinateur mais également sur les différentes techniques de fabrication.

Projet

J’ai souvent été attirée par des projets humanitaires ou environnementaux qui permettent d’aider des peuples ou des régions du monde qui sont plus dans le besoin que nous. Mais j’ai toujours eu peur de m’engager dans une organisation qui n’aide pas “véritablement” les populations. La protection de l’environnement est aussi une priorité de notre génération. Ce projet permet ainsi de rassembler mes deux objectifs principaux : nettoyer une partie de notre jolie planète, qui plus est, dans les montagnes et également de m’investir dans un projet qui, selon moi, a un véritable impact bénéfique. Tri-haut permet en plus de ça d’y allier une dimension sportive et culturelle. 

Je mettrais toute mon énergie à disposition pour que ce projet soit une réussite mais également pour qu’il donne la marche à suivre pour le monde entier car si chaque personne fait un petit pas de fourmi pour protéger l’environnement, au final cela représentera un pas de géant pour la Terre.

Martin Girardey – secrétaire

Martin, le franc-comtois du groupe ! Originaire de Montbéliard, Martin est avant tout un grand passionné de nature et d’activités outdoor en tous genre : que ce soit avec des baskets aux pieds, des skis, ou un vélo, c’est dans les recoins les plus sauvages qu’on sera le plus à même de le trouver.

L’idée d’aller se perdre dans les montagnes reculées du Népal 🇳🇵ne lui fait pas peur ! C’est sa passion pour l’adrénaline qui l’a poussé à tester de nombreux sports, et à se lancer dans les compétitions de trampoline.    

S’il est d’un caractère jovial, très porté vers les autres, ne disant jamais non à une petite (ou une grosse) soirée avec ses potes de l’ENSE3 (l’école de l’ambiance !), Martin peut aussi faire preuve d’un très grand sérieux et d’une motivation hors du commun lorsque un projet l’intéresse : un atout certain pour le Tri Haut !

Ses connaissances en mécanique et en électronique se montreront certainement très utiles pour l’élaboration et l’assemblage des machines. Mais il ne s’arrête pas là : chef cuistot à ses heures perdues, il saura vous revigorer de tout un tas de plats succulents, bien loin du standard pâtes de la plupart des étudiants. Il sera notre cuisinier sur l’expédition, alors attendez vous à d’appétissantes stories de spécialités népalaises ! Et entre deux de ses stories on pourra glisser un joli dessin ou une photo qu’il aura faite, parce qu’en plus d’avoir le goût de la bonne bouffe, Martin a aussi le goût des belles images.   

Tout ça, combiné à son expérience au sein du BDE en termes d’organisation, de gestion et de communication, font de lui le candidat idéal pour le poste de secrétaire du Tri’Haut !

Présentation   

Originaire de Franche-Comté, j’ai grandi proche de la nature tant par le temps que je passais en extérieur que par l’affection que je lui portais. Mes week-ends étaient rythmés au rythme des saisons. Je passais mes fins de semaines l’hiver à faire des raquettes ou bien du ski, et l’été à faire du VTT ou encore en randonnée. Il s’agit en réalité d’une nécessité de passer du temps dans la nature car cela participe à mon équilibre personnel.

J’ai toujours été un grand fan d’adrénaline, c’est pourquoi j’ai pu tester beaucoup de sports. Cela m’a permis de découvrir des horizons très divers. Mes weekends étaient donc rythmés aux différentes compétitions ( trampoline ou UNSS ) ou bien aux chutes de neiges pour pratiquer le ski-hors piste. M’impliquer dans ce type d’évènements a toujours été quelque chose d’important pour afin d’assurer le meilleur déroulement possible tant dans la participation aux compétitions que dans l’organisation.

Le sport n’est pas mon unique centre d’intérêt ( heureusement ). La cuisine est un domaine qui m’intéresse énormément. Selon moi, cela garantit des grands moments d’échange lors des repas mais permet aussi des instants d’apprentissage et de partage pendant la confection des différents plats. 

Cursus

J’ai eu la chance d’avoir mes différents établissements scolaires proches de mon domicile. Après un bac S, je suis partie à Nancy en CPGE PCSI puis PSI* afin d’intégrer une école d’ingénieur. Ce fut pour moi une expérience enrichissante qui m’a permis d’apprendre à me connaître. J’ai donc intégré l’ENSE3 car la thématique de l’environnement m’intéressait. 

La compréhension du monde qui nous entoure est quelque chose de fondamentale pour moi, c’est pour cela que je me suis dirigé vers la filière SICOM. Je souhaiterai travailler plus tard dans le traitement d’image lié à l’environnement ou bien au biomédicale.

Projet 

Au cours de ma vie, je n’ai jamais entrepris un tel projet. J’ai certes eu l’occasion de m’investir dans des associations sportives ou étudiantes à plus grande échelle. Tri-haut est donc pour moi l’occasion d’entreprendre un projet plus personnel. Sans aucun doute, il s’agit d’un projet avec beaucoup de sens car il comporte des perspectives et des actions concrètes. C’est donc pour cela que je souhaite investir toute mon énergie dans celui-ci afin d’assurer sa réussite mais également sa pérennité.

D’autre part, les projets humanitaires ou environnementaux ont selon moi trop souvent plus de profits pour les personnes participant au projet que celles qui en bénéficient. Ce n’est pas le cas pour ce projet car, je l’espère, il engendra un réel impact social et environnemental à la région du Khumbu.

Camille Tournier – trésorière

Camille, la petite (grande) blagueuse du groupe. Tout comme le reste de l’équipe, Cam est une personne très curieuse du monde qui l’entoure, et son profil de voyageuse ne vous échappera sûrement pas !

Mais c’est surtout sa bonne humeur et son sourire malicieux qui vous marqueront. Notre lyonnaise a eu la chance de découvrir de nombreuses cultures au cours de sa vie, et ne compte pas s’arrêter là ! C’est de par son intérêt pour l’environnement et l’humain qu’elle a voulu s’engager dans ce projet, faisant sens à ses yeux.

Mais détrompez vous, elle n’a pas attendu la césure pour entreprendre un projet de ce type : elle aurait dû partir sur une mission humanitaire en Inde l’été dernier, mais c’était sans compter sur notre ami commun le Covid.

Restant un peu sur sa faim, elle est plus motivée que jamais pour le projet Tri’Haut !

Grande sportive dans l’âme, vous la retrouverez très souvent avec une paire de basket au pied soit en train de découvrir de nouveaux sommets ou bien en train d’enflammer le stade d’athlétisme.

Prenez gare à son mental d’acier ! Membre active du BDE de l’école, elle a déjà une grosse expérience en organisation et en communication. Et ses compétences techniques ne sont plus à démontrer.

Enfin, Camille est une personne très sérieuse, autant pour les cours que pour ses projets perso. C’est pourquoi nous l’avons nommée Trésorière du Tri’Haut !

 Présentation

Originaire de la région lyonnaise, j’ai toujours eu un rapport à la nature et à l’environnement, de part, très certainement,  mes convictions et mon éducation. En effet, j’ai eu la chance de découvrir différentes cultures et paysages lors de voyages avec mes proches, et j’ai gardé cette envie de découvrir et de partir à l’aventure en grandissant. J’ai également pu, grâce à ces voyages, prendre conscience de l’importance d’agir en faveur de l’environnement pour préserver notre planète. 

Grande sportive et ancienne athlète d’heptathlon (plusieurs épreuves d’athlétisme combinées, t’as capté), je pratique beaucoup le ski ainsi que la course à pied sur route et en montagne. Je suis également curieuse de tous sports, c’est pourquoi j’aime être active au quotidien, découvrir de nouveaux sports et partager des moments entre amis dans l’effort.

Après une prépa PSI à La Martinière, à Lyon, l’ENSE3 était alors une évidence au vu de mes valeurs et de mon projet professionnel.  

Membre très active de mon BDE, j’aime organiser et m’investir dans des projets qui me tiennent à cœur. Partager et rencontrer des personnes font également partie des valeurs que m’ont transmis mes parents et que je continue d’appliquer au quotidien.

Cursus

Suite à l’obtention de mon bac S, j’ai intégré une classe préparatoire PCSI puis PSI* à Lyon. J’ai ensuite intégré l’ENSE3. L’importance que porte le cursus à l’environnement me plait beaucoup. J’ai toujours eu une attention particulière pour l’environnement que ce soit la faune ou la flore et participer à sa protection est important pour moi. 

J’ai donc choisi la filière IDP (Ingénierie De Produit), filière commune avec Génie Industriel. Cela me permet d’apprendre à concevoir des produits en accords avec le monde de demain.

Projet 

Depuis mon entrée en école d’ingénieur, j’ai l’envie de participer à un projet humanitaire. En première année, j’ai fait partie d’une association étudiante grenobloise. Le projet auquel je participais avait pour but d’installer des panneaux solaires dans la région du Ladakh en Inde. Malheureusement, ce projet a été interrompu à cause du Covid19. Aujourd’hui, avec le projet Tri-Haut, j’ai l’opportunité d’aider, à mon échelle, une région qui m’attire par sa diversité culturelle et son rapport à la nature. En effet, le projet de cette récente association en faveur de l’environnement au Népal m’interpelle particulièrement et j’ai à cœur de participer à  la continuité du projet en développant les différentes process déjà mis en place par les fondateurs de l’association.

Nathan Lioret – respo com’

En terme d’engagement sportif, nous arrivons à la crème de la crème du profil d’alpiniste du groupe : Nathan, notre savoyard, notre guru de la montagne.

C’est suspendu à une paroi rocheuse ou à une cascade de glace que l’on sera le plus à même de le trouver. En effet, c’est avant tout autour de la montagne que gravite la vie de notre chambérien. Et il s’en donne les moyens, en s’impliquant dans des organisations lui permettant de vivre sa passion à 200%, comme les Équipes Jeunes Alpinistes de l’Isère par exemple. De par ses nombreux projets et expéditions en montagne (Prokletije, Laponie) et de son passif de compétiteur, il a pu acquérir une expérience et des compétences indéniables, qui seront d’une grande aide pour le projet.

Et avoir à nos côtés quelqu’un d’expérimenté en montagne s’annonce indispensable car, ne l’oublions pas, nous allons rester plusieurs mois à plus de 4000m d’altitude ! 

Mais ce n’est pas seulement son attirance pour les cimes népalaises qui le motive dans ce projet. C’est avant tout son intérêt pour l’environnement et sa volonté d’agir contre le changement climatique, qui impact tant son terrain de jeu : “les glaciers sont les sentinelles du climat” vous dira t-il. C’est bien de cela qu’il en tire sa motivation inébranlable.

Tout ça, combiné à son expérience en audiovisuel et en communication, en font le candidat idéal pour le poste de Responsable Communication du Tri’Haut.

 Présentation

Étant né à Chambéry et ayant vécu les onze premières années de ma vie dans les pré-Alpes, en Chartreuse, je me suis très vite pris de passion pour la montagne. Pour le ski d’abord, puis plus encore pour l’escalade, que j’ai pratiquée en compétition cinq années durant, et enfin l’alpinisme, le trail et globalement tous les sports de montagne au cours de ces dernières années. J’ai d’ailleurs choisi de rester sur Grenoble pour rester au plus proche des montagnes, et rejoindre les Équipes Jeunes Alpinistes (EJA) d’Isère auprès desquelles j’apprend à progresser en sécurité là-haut.

J’aime découper ma vie en projets, gravitant souvent autour de la montagne mais pas que : organisation d’expéditions (Prokletije 2021, Laponie 2022…), réalisation de petits films sur mes aventures, organisation d’événements avec les EJA, développement d’une application pour effectuer son bilan carbone personnel au jour le jour… Et maintenant ce projet au Népal, doux mélange de nombreux domaines m’intéressant : montagne, environnement et rencontres.

 Cursus

Après avoir obtenu mon bac S, j’ai passé deux ans en CPGE filière Physique et Technologique (PT) avant de rejoindre l’ENSE3, l’école de l’Eau, l’Energie et l’Environnement dont les valeurs correspondent aux miennes. J’ai toujours été intéressé à la fois par la mécanique, mais aussi, et depuis plus longtemps encore, par l’informatique. C’est pourquoi j’ai finalement choisi de rejoindre la filière SICOM, commune avec Phelma, plutôt axée informatique, traitement du signal et électronique.

 Projet

Les montagnes et leurs glaciers sont les “sentinelles du climat”, en première ligne face au dérèglement climatique et, malgré mon âge, j’en voit déjà clairement les conséquences : sur l’enneigement par exemple. C’est pourquoi c’est un sujet qui me touche particulièrement. 

Ce projet est pour moi l’occasion, comme j’aimerais le faire plus souvent dans l’avenir, de mêler ma passion pour la montagne et ma volonté d’agir pour l’environnement et les populations dans le besoin. C’est l’occasion pour nous de voyager, de découvrir une nouvelle région, de nouvelles personnes et une nouvelle culture, tout en apportant notre aide : c’est la garantie d’échanges intenses et d’un apprentissage permanent.

En tant que responsable communication, je vais faire mon maximum pour que ce projet dépasse le “simple” projet d’étudiants en césure, pour qu’il s’inscrive dans la durée et qu’il facilite la mise en place de projets similaires dans les autres régions du Népal et du monde.