Namgyal Zangbu Scherpa

NAMGYAL ZANGBU Sherpa

Namgyal Zangbu est un népalais Sherpa. Son père, Zimba Sherpa est l’ex-président du NMA (Népal Moutaineering Association) et a été un acteur important dans la prise de conscience du Népal vis à vis des déchets.

Namgyal est notre interlocuteur principal sur place. Avec sa connaissance poussée du terrain, des populations et la fondation Khumbila dont il est directeur, il a pu nous aiguiller sur les principaux besoins du Khumbu.

Son investissement pour le Népal ainsi que celui de son père, vont être un atout important pour approcher les organismes népalais et nous donner de la crédibilité.

Son voyage antérieur en France lui a permis de maitriser la langue et de donner son point de vu sur le projet en français :

« NAMASTE !

SALUTATIONS DE L’HIMALAYA,

Je suis la première génération de mon arbre généalogique à naître dans la ville de Katmandou. Avant cela, mes parents et grands-parents étaient tous nés dans le village de Khumjung, situé dans le parc national de l’Everest (Sagarmatha) situé à 3790 mètres d’altitude.

Contrairement à la plupart de mes amis à Katmandou, presque chaque année, j’ai eu la chance de me rendre au village de Khumjung et de rendre visite à mes grands-parents et à tous les cousins. Même à un âge précoce, retourner au village était à un instant loin des poussières de la ville. L’air frais, l’environnement propre, la flore / faune et les montagnes magnifiques, étaient une raison de se sentir fier d’être un Sherpa et de faire partie de ce paysage.

Au fil des ans, alors que je continue mes visites annuelles dans les montagnes, la dégradation apparente de l’environnement était tout à fait évidente.
La déforestation à grande échelle, le nombre croissant de maisons et gîtes en construction, la quantité de produits en plastique jetés sur les sentiers et les rivières, l’augmentation de la population et du nombre de touristes sont les changements apparents dont j’ai été témoins au fil des années. Les impacts négatifs sur l’environnement étaient clairement dus à la croissance de la population et à la nécessité de répondre au nombre croissant de touristes visitant la région pour le trekking et principalement pour les expéditions dans les plus hautes montagnes du monde.

Le tourisme a en effet apporté un grand changement car il a fourni des opportunités d’emploi, de meilleurs niveaux de vie, ainsi que la construction de l’école Khumjug avec l’assistant du Himalayan Trust créé par Sir Edmund Hillary (le parrain du peuple Sherpa). Cela a également permis aux habitants d’être éduqués, de voyager à l’étranger et de réaliser l’importance de préserver l’environnement pour la génération future.

Dans la région de l’Everest, nous avons besoin d’une solution symbiotique qui garderait l’industrie du tourisme intacte ainsi que l’environnement local. Diverses mesures ont été prises par la communauté locale, le gouvernement et les agences internationales. Ces derniers temps, la collecte des ordures est devenue une croisade et un outil de marketing pour la plupart. Le gouvernement a également imposé des frais d’escalade élevés et un dépôt d’ordures pour encourager les touristes à rapporter leurs ordures aux points de collecte. Cependant, il y a clairement un manque de recyclage et il y a peu d’espace pour l’élimination dans ces hautes terres. Il existe également des difficultés techniques rencontrées au point de collecte en raison de la quantité de déchets générée et collectée.

En Novembre 2020, quand Olivier m’a contacté avec l’idée de construire un incinérateur à Pangboche, à 3985 mètres d’altitude, j’avais rapidement contacté quelques personnes de la région et réalisé que c’était en effet une excellente idée et un emplacement pour le projet. La proximité de ce village avec les montagnes commerciales les plus populaires, l’accès facile, une communauté villageoise forte et d’autres facteurs sont une grande force positive pour un tel projet. De plus, le projet aura un « système de filtre de pollution, pour éviter de simplement transformer la pollution des ordures en pollution de l’air et une installation d’un système de transformation d’énergie si les villageois ont besoin d’électricité ou d’eau chaude » signifiant que le niveau de recherche fourni par ce projet aura certainement un impact profond sur l’environnement de toute la région.

Je crois sincèrement que ce projet et des projets similaires à l’avenir profiteront à l’environnement, à la population locale en général et, participent, à la capacité de faire face au nombre toujours croissant de touristes. Cela continuera à offrir des opportunités liées au tourisme sous un jour plus positif ainsi que dans un scénario durable.

Je dois mentionner Jean Michel Jorda, qui est un fervent amoureux du Népal et de son peuple. Il est un expert des activités d’aventure ainsi que de la culture locale avec ses liens étroits avec les gens et sa terre. Il est aussi la première personne qui m’a fait découvrir la gestion des déchets, le recyclage et un plus grand sens de l’importance de la préservation de l’environnement pour  notre future génération.

Il est également mentor pour notre Fondation Khumbila créée en 2012 et nous nous concentrons principalement sur «la montagne et ses habitants» au Népal.

— Namgyal Zangbu Sherpa — 02/01/2021, Katmandou, Népal

Zimba Sherpa, le père de Namgyal a déja été présent dans un documentaire de Jean-Michel Jorda, « Zimba le Sherpa » en 2015.

Vous pouvez retrouver la le site de leur agence de trekking, Khumbila, avec la fondation destinée à promouvoir le tourisme en protégeant l’environnement montagnard.